Mission

La Brève missionnaire de février 2017

République Centrafricaine : Les réfugiés oubliés

« Ne nous oubliez pas », voilà le cri de Pierre Maliyombo, secrétaire général de notre union partenaire, l’UFEB, en Centrafrique.

Alors que le monde entier se concentre sur ce qui se passe notamment aux USA et en Syrie, des milliers de personnes continuent à être en fuite en Centrafrique. Depuis les élections de 2015, pour la première fois le président du pays – Faustin Archange Touadéra – est membre de l’une des Églises de l’UFEB, et ses premières déclarations étaient empreintes d'humilité et de sérieux. Grâce à la présence des casques-bleues de l’ONU et des militaires français, des rebelles ont été désarmés. Le départ des militaires français et d’une partie des casques-bleues, en septembre 2016, a été vécu avec un grand scepticisme – et déjà  le 12 octobre ont eu lieu les premiers assauts des rebelles que l’on croyait désarmés. Ils ont attaqué Kaga Bandoro (au centre-ouest de la Centrafrique à 336 km de Bangui  - voir carte ci-dessous) et ont tué, sans discrimination, plus d’une centaine de personnes, et saccagé et incendié plus de 300 maisons.

Image (La Brève missionnaire de février 2017)

Les rebelles ont trois objectifs : détruire la paix, déstabiliser le pays et s’enrichir. Les Églises autour de Kaga Bandoro ont aussi été vandalisées. Les gens viennent nous supplier de les aider. Vingt élèves et leurs familles vivent sur le campus de note Institut Biblique à Kaga Bandoro et plus de 600 réfugiés y ont trouvé refuge. Le directeur de l’Institut appelle à l’aide : « Nous ne savons pas comment aider autant de monde ! Nous n’avons ni assez de nourriture ni assez d’eau ni assez de lieux pour abriter la majeure partie de ces personnes. Nous n’avons pas de médicaments pour soigner ces personnes… Nous avons besoin de vos prières et de votre aide ».

Nouvelles de Martin et Christel Pusch

Ratisbonne, le 9 février 2017

Chers amis,

Nous vous avons écrit peu avant Noël et partagé que nous avons trouvé un appartement à Ratisbonne (Bavière, NDT), non loin de l'église. Martin travaillera à partir de mai, comme pasteur à l'Eglise EFG (Eglise Libre Evangélique, dont font partie les Baptistes NDT). D'ici-là il reste employé par EBMI. Le culte d'installation aura lieu le dimanche 21 mai.

Le mois de janvier fut plus turbulent que prévu. Le 28 janvier nous avions notre dernière sortie dans le cadre de nos déplacements pour EBMI. Le jour suivant nous avons emménagé dans notre logement de Ratisbonne. Et depuis le 30 janvier, Martin est hospitalisé à la clinique universitaire de Ratisbonne, car il a glissé sur une plaque de verglas. Lors d'une opération de trois heures, les os brisés du pied droit ont été ré-assemblés à l'aide de vis. Martin se trouve pour l'instant encore à la clinique.

Le vendredi 3 février, Christel a quitté Ratisbonne pour rejoindre Hildesheim (Sud de Hanovre, NDT) en train. Une soirée festive avait lieu à la grande école. Bernice y a obtenu sa licence. Nous nous réjouissons avec elle et sommes fiers que Bernice a ainsi terminé ses études après seulement cinq semestres.

Pour le weekend, Christel était inscrite à la session des femmes de pasteurs qui avait lieu à Hofgeismar. Après tout, ce lieu n'est pas très éloigné de Hildesheim. Christel put donc rejoindre ce groupe samedi matin pour le petit-déjeuner.

Depuis Hofgeismar, Christel s'est rendue dimanche à Augustfehn (à l'ouest de Brême, non loin de la Mer du Nord, NTD) pour y préparer des affaires stockées depuis 20 ans, afin de les faire transporter à Ratisbonne. En cela elle est soutenue par des amis de la communauté d'Augustfehn. Il s'est même trouvé quelqu'un qui va aider Christel à amener le camion loué jusqu'à Ratisbonne.

Les baptistes de Ratisbonne s'occupent pendant ce temps de Martin et attendront le camion de bonne heure samedi matin pour le décharger. Ainsi nous aurons à nouveau réuni après bien des années toutes nos affaires. Nous avons aussi beaucoup de matériel et d'images de notre temps passé au Cameroun que nous voulons classer.

Salutations cordiales de Christel et Martin

Image (La Brève missionnaire de février 2017)

À signaler