Message de Pâques 2017

Image (Message de Pâques 2017)

Neville Callam, Secrétaire général de l'Alliance Baptiste Mondiale

Pâques, jour où les disciples du Christ sont plongés en un profond mystère – mystère devant lequel nous restons en admiration. Nous contemplons ce mystère qui nourrit notre foi et emplit notre cœur d'émerveillement, d'amour et de louange. Nous confessons notre incapacité à l'expliquer dans toute son ampleur de manière rationnelle. Pourtant, en lui rendant témoignage dans la confiance et la joie, nous le célébrons tel un mémorial sacré et nous l'accueillons comme une espérance glorieuse.

Celui qui mourut à Golgotha est la deuxième personne de la Trinité. Il est Dieu en personne dont nous rappelons l'offrande de lui-même en rendant témoignage à la Croix. Sur la colline du Calvaire, c'est lui, l'Eternel, qui incline la tête dans la souffrance par amour pour nous. Celui qui meurt est Dieu en personne !

Le Dieu que nous servons est l'Eternel Dieu qui était avant le temps, qui est vivant dans le temps et qui sera encore vivant quand le temps ne sera plus. Tel est le Dieu que les portes de la mort ne peuvent retenir prisonnier. Celui qui fut crucifié, puis déposé dans un tombeau d'emprunt, était non seulement le Créateur et la source de la vie, mais il était aussi la vie elle-même.

Celui qui a déclaré être lui-même le chemin, la vérité et la vie, insuffle l'air frais de la vie nouvelle dans notre vie ancienne et nous ouvre à l'expérience de la nouvelle naissance. Le Seigneur qui est "la Vie" prononce une parole de vie au cœur même de notre mort et apporte le souffle de la nouvelle réalité, là où des habitudes anciennes et des carcans d'autrefois pourraient encore entraver ou paralyser les pèlerins sur le chemin de la vie.

Le Dieu de Pâques est le Père qui, en Jésus le Christ, a quitté le lieu destiné aux morts, a ouvert tout grand le passage de la mort à la vie, et a terrassé une fois pour toutes ce monstre : la mort elle-même. C'est pourquoi nous poussons ce cri de victoire : O mort, où est ta victoire, O mort où est ton aiguillon ? Grâces soient rendues à Dieu qui nous donne la victoire par Jésus-Christ notre Seigneur (1 Corinthiens 15:55 & 57).

En proclamant : "Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité", nous racontons l'histoire du mystère du Dieu trine qui nous ouvre un chemin au milieu des déserts arides de nos jours. Dieu attire les humains à leur Créateur et Sauveur et investit en eux le don de la vie abondante qui est si puissante que la mort ne peut l'éradiquer. Telle est la vie à venir qui se manifeste dans les aléas de notre existence quotidienne.

Le Dieu en trois personnes, le Dieu merveilleux gravit la colline du Calvaire, abandonne sa vie pour que nous puissions recevoir la vie, puis il reprend vie et bâtit une forteresse d'espérance où les êtres humains peuvent trouver la confiance que le monde ne peut donner.

En célébrant Pâques, nous témoignons de la ferme confiance que le Christ ressuscité demeure en nous et de ce que notre vie est en Christ. Notre vie n'a rien d'une vie ordinaire cernée entre les mystères de la naissance et de la mort. Elle n'a rien, non plus, d'une existence dangereuse privée de toute joie perpétuelle. A Pâques, nous célébrons le don de la vie éternelle que rend possible la mort du Fils de Dieu en vue de la résurrection ! Alléluia !

(Traduit en français par André Souchon)