Il était une foi SOLI-daire et non SOLI-taire !

Sola Fide - La foi seule mais pas tout seul !

Image (Il était une foi SOLI-daire et non SOLI-taire !)

Dans le cadre des 500 ans des Réformes, il n'est pas inutile de revenir sur les 5 “piliers” de la Réforme protestante. A côté de la Grâce, de l’Écriture Sainte, de la personne du Christ et de la seule Gloire à rendre à Dieu, le “Sola Fide” interroge notre vie chrétienne.

La foi est déterminante dans toutes les croyances, avec une place importante dans la Bible qui comprend pas moins de 230 occurrences de ce mot que l’on traduit aussi parfois par fidélité. Le croyant en Dieu est aussi un fidèle de Dieu ! Dans la lettre aux Hébreux, l’auteur, au chapitre 11, liste nombre de femmes et d’hommes à travers l’histoire de la révélation biblique, qui ont vécu par la foi. Il commence son énumération avec ce verset bien connu :

“Or la foi, c'est la réalité de ce qu'on espère, l'attestation de choses qu'on ne voit pas.”

Pour l’auteur aux Hébreux, la foi n’a rien d’une confiance aveugle et sans fondement. Comme le dit avec justesse Corrie Ten Boom qui connut les horreurs des camps de concentration :"La foi voit l'invisible, croit l'incroyable et reçoit l'impossible."

La foi se base sur une expérience, celle d’une rencontre qui fonde notre confiance.

Image (Il était une foi SOLI-daire et non SOLI-taire !)

La foi n’est pas une fin en soi, mais un moyen

En Romains 1:17, Paul reprend à son compte des paroles tirées du livre du prophète Habaquq.

Car en elle (la Bonne nouvelle du salut en Jésus), la justice de Dieu se révèle, en vertu de la foi et pour la foi, ainsi qu'il est écrit : Celui qui est juste en vertu de la foi vivra.

J’aime cette traduction de la Nouvelle Bible Segond qui à la place de “par” ou “au moyen” a choisi “en vertu de”. Ce choix laisse place à la puissance et à l’action. La foi est un moyen actif.

La foi de Jésus, exemple et garant de ma propre foi

"Mais maintenant, en dehors de la loi, la justice de Dieu attestée par la loi et les prophètes s'est manifestée, justice de Dieu, par la foi de Jésus-Christ, pour tous ceux qui croient. Car il n'y a pas de distinction : tous, eneffet, ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et c'est gratuitement qu'ils sont justifiés par sa grâce, au moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ.

C'est lui que Dieu s'est proposé de constituer en expiation, au moyen de la foi, par son sang, pour montrer sa justice ; parce qu'il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, dans sa tolérance, Dieu a voulu montrer sa justice dans le temps présent, pour être juste tout en justifiant celui qui relève de la foi de Jésus." Romains 3:21-26

Nombres de traductions de la Bible ont préféré la foi EN Jésus à la foi DE Jésus dans ce passage de l’épître de Paul aux Romains. Il est vrai que cela peut paraître gênant à priori. Pourtant, c’est bien Jésus qui nous montre comment faire vraiment confiance, c’est lui qui ouvre le chemin de la foi pour ceux qui ont accepté de le suivre.

Le Pape François explique bien cela parlant de foi subjective et de foi objective dans l’Encyclique « Lumen fidei / La Lumière de la foi ».

Je le cite :

“Dans la plénitude où Jésus porte la foi, le Christ n’est pas seulement celui en qui nous croyons — la manifestation la plus grande de l’amour de Dieu — mais aussi celui auquel nous nous unissons pour pouvoir croire. La foi non seulement regarde vers Jésus, mais regarde du point de vue de Jésus, avec ses yeux ; elle est une participation à sa façon de voir. Dans de nombreux domaines de la vie, nous faisons confiance à d’autres personnes qui ont des meilleures connaissances que nous. Nous avons confiance dans l’architecte qui construit notre maison, dans le pharmacien qui nous présente le médicament pour la guérison, dans l’avocat qui nous défend au tribunal. Nous avons également besoin de quelqu’un qui soit digne de confiance et expert dans les choses de Dieu. Jésus, son Fils, se présente comme celui qui nous explique Dieu (Jn 1,18). La vie du Christ, sa façon de connaître le Père, de vivre totalement en relation avec lui, ouvre un nouvel espace à l’expérience humaine et nous pouvons y entrer.”

Et le pape Francois poursuit en citant l’évangéliste Jean :

“Saint Jean a exprimé l’importance de la relation personnelle avec Jésus pour notre foi à travers divers usages du verbe « croire ». Avec le « croire que » ce que Jésus nous dit est vrai (14,10; 20,31), Jean utilise aussi les locutions « croire à » Jésus et « croire en » Jésus. « Nous croyons à » Jésus, quand nous acceptons sa Parole, son témoignage, parce qu’il est véridique (6,30). « Nous croyons en » Jésus, quand nous l’accueillons personnellement dans notre vie et nous nous en remettons à lui, adhérant à lui dans l’amour et le suivant au long du chemin (2,11; 6,47; 12,44).”

Image (Il était une foi SOLI-daire et non SOLI-taire !)

La foi me fait agir et me met en route pour les autres

"Mes frères, à quoi servirait-il que quelqu'un dise avoir de la foi, s'il n'a pas d'œuvres ? La foi pourrait-elle le sauver ? Si un frère ou une sœur n'avaient pas de quoi se vêtir et manquaient de la nourriture de chaque jour, et que l'un de vous leur dise : « Allez en paix, tenez-vous au chaud et mangez à votre faim ! » sans leur donner ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela servirait-il ? Il en est ainsi de la foi : si elle n'a pas d'œuvres, elle est morte en elle-même. Mais quelqu'un dira : Toi, tu as de la foi ; moi, j'ai des œuvres. Montre-moi ta foi en dehors des œuvres ; moi, par mes œuvres, je te montrerai la foi. Toi, tu crois que Dieu est un ? Tu fais bien : les démons le croient aussi, et ils tremblent. Veux-tu donc savoir, tête creuse, que la foi en dehors des œuvres est stérile ?" Jacques 2:14-20

Luther a qualifié, semble-t-il, cette lettre d’”épître de paille” à cause des affirmations pouvant laisser entendre que les oeuvres pourraient être déterminantes pour la foi. En fait, la foi n’est visible qu’à travers ses effets et ses manifestations. L’exemple de l’iceberg est ici parlant. Ce qui est important, c’est la réalité visible d’une foi profonde qui permet alors de vivre en conformité avec la foi et la vie de Jésus. Et cette foi se voit par un comportement en paroles et en actes cohérent et authentique. Dans l'esprit de l'Évangile, repris par les Réformateurs, nous sommes invités à suire le Christ avec...

Une foi simple, mais réelle !

Une foi engagée et qui s’engage !

Une foi qui croit et qui se voit !

Une foi libre et pour la liberté !

Marc Deroeux