Baptistes

Dès le 16e siècle certains des premiers « évangéliques » étaient appelés « anabaptistes » du fait de leur pratique du baptême sur profession de foi (en re-baptisant ceux qui avaient reçu l'aspersion rituelle du nourrisson).

Cette pratique du baptême est aujourd'hui une caractéristique commune à pratiquement tous les évangéliques en France, bien que tous ne revendiquent pas le nom de baptistes. Différentes Unions d'Églises, et de nombreuses Églises indépendantes se nomment baptistes, mais il n'y a pas de caractéristiques exclusives des baptistes dans leur ensemble, qui les différentient des autres évangéliques.

Nous soulignons ici simplement quelques traits marquants de la Fédération des Églises Évangéliques Baptistes de France (FEEBF). D'autres pages vous permettrons de découvrir l'histoire des baptistes et la situation des baptistes dans le monde.

Congrégationalisme

Ce terme désigne le mode de gouvernance de l'Église. Chaque Église locale est autonome et souveraine dans ses décisions. La dimension fédérative permet la mise en commun de certaines ressources, et de modérer la tendance individualiste que ce mode de direction pourrait favoriser.

Engagement social

L'enracinement de la FEEBF dans le Nord industrialisé du début du 20e siècle a conduit au développement d'une forte conscience des besoins des plus défavorisés. Les différentes structures de l'ABEJ (Association Baptiste pour l'Entraide et la Jeunesse) en sont un témoignage vivant.

œcuménisme

La FEEBF a rejoint la Fédération Protestante de France dès 1916, faisant ainsi un choix de dialogue avec les autres chrétiens qui ne s'est jamais démenti.

Diversité d'expressions de la spiritualité

Le mouvement pentecôtiste du début du 20e siècle et le renouveau charismatique des années 70 a trouvé de nombreux échos au sein des Églises de la FEEBF. La volonté d'unité et la tradition de respect des différences a conduit ses responsables à privilégier la richesse de cette diversité avec un dialogue dont différents textes attestent le sérieux.